jeudi 15 août 2013

15 juillet – 15 août



En traversant la place sous la pluie d’orage, celle qui fait monter l’odeur de chaud du bitume, je pense aux petites madeleines  de l’été : le week-end à Paris de Frances Ha, les bains dans la mer vide, avant 9 heures le matin, la toute nouvelle collection Essences d’acte sud, Madeleine sent le nard pour toujours et à tout jamais, la femme sans nom du long poème, la fleur de cactus … M et B sous la guirlande de petites ampoules rondes, dans le jardin, a qui je sers des bigorneaux crus !. L’excellent dîner-dînette du dernier soir des vacances, chez F. Le jour où f. est un petit peu malade et où il ne l’est plus et redevient gai et drôle, ce sera aussi le jour des moules frites sur le port, merci Marie pour cette belle idée. Il y a aussi la boîte en granit, celle qui est rangée avec les autres, mais c’est elle que l’on voit, peut-être parce qu’elle nous regarde de son regard noir et dense. On soulève le couvercle, on se penche sur le dessin du plan ancien et qui rappelle, curieusement, notre maison, on touche la pierre noire, on la caresse, on repose le couvercle en faisant un peu glisser pour que ça s’ajuste bien, on garde le froid dans la main. Le doux souvenir du déjeuner à Cancale, les huîtres tièdes aux artichauts et au curry, une barbue sérénissima, le paris brest à la pistache, les épices du maître et cette tisane d’or que je voudrais en parfum. P et G, deux petits jours, qui s’envolent pour Helsinki et qui me manquent déjà. Carole Desbarats qui dit l’intelligence des films de Rohmer, un matin sur France Culture, un matin un peu gris ou un peu lent de la fatigue de la veille, je ne sais plus, et qui nous tient enfermé. Il y a aussi les whiskys tourbés, et les iodés qui finalement ne se marient pas très bien avec les huîtres laiteuses, mais qui se suffisent à eux-mêmes. Le lait Ribot, la brioche au sésame, le Saint Amour citronné juste ce qu’il faut, le far parfumé à l’orange, des poissons, des poissons, des poissons …
Le perrier bu avec O. que l’on retrouve après une trop longue absence, un jour où il fait vraiment très chaud.
Et puis, les escapades italiennes auxquelles on rêve, pour se dire que partir, voir, goûter l'ailleurs, ça arrivera encore.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire